Les Disparus (Phobia)

« Da Vinci », « Houdini » et « Loft 13 » … nous connaissions bien Phobia (made in Russia) avant d’y mettre les pieds pour « Les Disparus ». Nous nous sommes déjà échappés de leurs 3 premières salles, et, bien que nous ayions appréciés différemment chacune d’entre elles, aucune ne nous a déçu. Nous sommes tous (nous 6) raccords pour dire que Phobia fait partie des excellentes enseignes parisiennes avec notamment des ambiances très immersives.

Il faut bien avouer que nous avons un petit faible pour les salles « qui font peur » (Lost Asylum, Mafia District, Saw ne font pas parties de nos coups de cœur pour rien). « Loft 13 » nous en avait déjà donné pour notre argent, et quand nous apprenons qu’une nouvelle salle d’horreur ouvre ses portes, même si par expérience nous laissons maintenant le temps aux nouvelles salles de se roder pendant 1 ou 2 mois, elle finit rapidement sur notre liste.

Autant vous « teaser » d’entrée, « Les Disparus » entre directement dans mon top 5 (sur 44).

y’a des jours on appellerait bien la DDASS…

Le scénar

Une famille disparaît mystérieusement en 1924… un serial killer? faute de preuves la police classe l’affaire (mais que fait la police?). 80 ans plus tard notre équipe de bras cassés est sollicitée pour résoudre le mystère. Et nous voilà devant la porte d’entrée de cet appart qui sent clairement le « mais qu’est ce qu’on fout ici? et on paye pour ça en plus! »

Et pourtant on a terriblement envie d’y entrer dans ce foutu appart.

Le jeu

D’habitude nous coupons la team de 6 en 2, pour une raison simple: le confort de jeu. 3 vs 3 sur tirage au sort, les 2 groupes faisant 2 salles différentes en parallèle, puis on inverse. Cette fois-ci on se retrouve amputé de 2 de nos membres (je parle de la team hein) et on attaque alors en 2 vs 2, les gars vs les filles.

La porte se referme derrière nous plus vite qu’elle ne s’est ouverte. Armés de 2 lampes surpuissantes (comprendre 2 lanternes qui n’ont de lampe que le nom) nous voilà dans un appart aussi sombre que flippant. On pourrait penser qu’il est simple de jouer sur l’obscurité pour accentuer l’immersion, l’effet étant des plus basique. Sauf qu’ici ça fonctionne parfaitement! un p’tit fond sonore angoissant, des décors soignés et convaincants, des lampes toutes pourries… Du coup après plus de 40 escapes (et fan de cinéma d’horreur) on sait à quoi s’en tenir, on s’y attend, on sent le coup fourré arriver… mais on plonge quand même. Immersion garantie donc.

Le site www.escapegame.paris (ma bible pour la recherche de nouvelles salles) avait fini de me convaincre de suggérer « Les Disparus » à mes acolytes, en rappelant que ce réflexe classique lorsque tu entres dans une salle, cad te ruer aux 4 coins de la pièces pour tout retourner, ne se vérifie pas ici. On va plutôt assurer ses arrières, rester en groupe, fouiller en se collant dos au mur…

Nous sortons donc à 2 au bout de 55 min si mes souvenirs sont bons. Si nous avons plutôt déroulé le jeu calmement, sans affolement ou hystérie féminine, « on est des bonhommes, si tu me sautes dans les bras je te balance aux filles », il n’en reste pas moins que quelques effets bien sentis nous rappellent tout au long du jeu qu’il faut toujours rester sur ses gardes. Les filles prendront notre relais sur la session suivante pendant que nous les attendrons dans le hall. Mes tympans saignent encore aujourd’hui.

« je t’avais dit qu’elle était flippante cette gamine, la prochaine fois on la fout en colo »

Pour conclure

« Les Disparus » est donc une salle « qui fait peur », à l’instar de « Loft 13 », « Saw », « Lost Asylum », et une salle qui fonctionne. Sans être insurmontable, avoir déjà quelques escapes au compteur nous a permis de résoudre certaines énigmes instinctivement. Elle est basée surtout sur des manipulations et de la réflexion, pas énormément de fouille (ce qui fait parfois défaut à notre équipe) avec des mécanismes bien travaillés et fluides. Détail important pour moi (je pose d’ailleurs systématiquement la question au GM quand les mécanismes sont réussis), il n’y a pas de fake, pas d’effets déclenchés à la webcam, tout est de notre initiative.

4 très bonnes salles que nous pouvons toutes conseiller… sur 4 au total… bien joué Phobia!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *